Accueil > Actualité > L'Union Française s'associe à nos amies Soroptimist du Nigéria

L'Union Française s'associe à nos amies Soroptimist du Nigéria

Publié le 14/05/2014 à 22:59

Les Soroptimist au Nigéria et dans le monde appellent à la libération immédiate de plus de 200 écolières enlevées par un groupe militant Boko Haram. # BringBackOurGirls.

 

 

 

 

 Lire la déclaration du SI Nigéria.

Les Soroptimist au Nigeria se joignent à des marches de protestation pour maintenir la pression sur le gouvernement pour obtenir la libération de plus de 200 jeunes filles enlevées par des militants islamistes il y a plus de deux semaines, le 14 Avril.

 

"Tous les jours je vois des parents et je sens leur douleur», a déclaré la présidente de Soroptimist International du Nigeria, Funlola Buraimoh-Ademuyewo. "J’ajoute mes prières aux leurs et continue d'exhorter le gouvernement à faire tout ce qu'il peut pour ramener les enfants à la maison ».   

 

Quelques 230 jeunes filles ont été enlevées à partir de leur pensionnat dans la région de Chibok il y a plus de deux semaines. Certaines ont réussi à s'échapper, mais les populations locales disent que 187 sont toujours détenues. Il est à craindre que les filles peuvent avoir été vendues pour des mariages forcés et certaines peuvent avoir été emmenées à travers la frontière vers le Tchad et le Cameroun.

 

Mercredi, plusieurs centaines de personnes, principalement des femmes, ont défilé devant l'Assemblée nationale dans la capitale, Abuja, pour protester que le gouvernement n'en faisait pas assez pour obtenir la libération des filles. La prise de conscience mondiale de leur situation critique a été augmentée par une campagne de médias sociaux en utilisant le hashtag # BringBackOurGirls. 

 

«Les écoles sont et doivent rester des lieux de sécurité, où les enfants peuvent apprendre et grandir dans la paix", a déclaré Zainab Hawa Bangura, Représentant spécial de l'ONU du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits ; Phumzile Mlambo-Ngcuka directeur exécutif de l'ONU Femmes ; Navi Pillay Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l'homme, et Leila Zerrougui  Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés dans un statemen conjointe. 

 

"Les filles et les jeunes femmes doivent être pouvoir aller à l'école sans craindre la violence et le traitement injuste de sorte qu'elles puissent jouer leur rôle légitime en tant que citoyens égaux du monde. Femmes et les filles ont le droit de vivre libre de toute intimidation, de persécution et de tous les autres les formes de discrimination. Nous sommes avec le peuple nigérian, en particulier les parents et les familles des jeunes filles enlevées ".

 

On croit que le groupe islamiste Boko Haram est responsable de l'enlèvement; le groupe a mis en scène une vague d'attentats dans le nord du Nigeria au cours des dernières années, avec une estimation de 1 500 tués cette année seulement. (site du S.I.)

 

 Déclaration de la Présidente Soroptimist International Ann GARVIE

 

 

Retour à l'accueil